navigation

Bonjour tout le monde ! 24 novembre, 2007

Posté par Secret'lyne dans : Non classé , 8 commentaires

Bienvenue sur Secret’lyne Actualités !

Secret’lyne décide de lancer un blog relatant les articles, les analyses ainsi que les opinions sur le télétravail.

Le télétravail est l’avenir ! C’est une des nombreuses solutions pour protéger notre planète !

Savez-vous que faire appel à une télésecrétaire c’est participer à la protection de l’environnement ?

Si un million d’employés travaillait à la maison une journée par semaine, on annulerait les effets de millions de tonnes d’émission de gaz toxiques dans l’air, on épargnerait des litres et des litres d’essence, on éviterait des billions de kilomètres de déplacements et d’usure sur nos autoroutes et dans nos rues, on réduirait le nombre de véhicules qui circulent sur les autoroutes et d’embouteillages et on disposerait de plus d’une heure pour notre vie personnelle ou familiale.

Pensons télétravail ! Vivons télétravail !

Respirons télétravail !

Respire ! 21 juin, 2010

Posté par Secret'lyne dans : Coup de coeur , ajouter un commentaire

Image de prévisualisation YouTube

Pourquoi le télétravail séduit les employeurs 25 juillet, 2009

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , ajouter un commentaire

De plus en plus d’entreprise recourent aujourd’hui au travail à distance afin de réduire l’absentéisme ou encore quelques frais. Ceci est une véritable révolution dans le monde du travail.

http://www.comptanoo.com/_Publication/Dossier/D4385/pourquoi-le-teletravail-seduit-les-employeurs.asp

L’activité 1 mars, 2009

Posté par Secret'lyne dans : Comment créer votre entreprise de télésecrétariat ? , 2 commentaires

Pour une secrétaire, s’installer à son compte est tentant. Le budget est faible et l’on pense, à juste titre pouvoir intéresser une multitude de clients potentiels. Mais depuis quelques années, l’idée a séduit beaucoup trop de monde et le marché est devenu très concurrentiel.

Ce constat se vérifie pour le secrétariat téléphonique comme pour la frappe de documents. Le nerf de la guerre, c’est donc de trouver des clients, avant même de se lancer. Préparez-vous à un démarrage toujours un peu difficile. Vous aurez à taper des textes manuscrits ou enregistrés sur cassettes. Parfois les entreprises ne vous demandent qu’un travail de mise en page, par exemple pour un rapport. La plupart des entreprises sont désormais équipées pour envoyer les textes par courrier électronique.

Si les documents sont volumineux, les sociétés font appel à un coursier. Vous pourrez renvoyer le travail réalisé en utilisant le même moyen de communication. Si vous maîtrisez certains logiciels de gestion, de comptabilité, tableur, bases de données et même logiciels graphiques, c’est encore mieux.

Vos clients, ce sont d’abord les professions libérales. Mais les commerçants, les artisans peuvent vous demander de taper leurs devis, les commerçiaux de mettre en page leurs rapports, les PME d’assurer un travail d’appoint. Pour rendre votre prospection efficace, l’idéal est d’avoir déjà exercé dans un domaine qui réclame des compétences particulières. Familiarisé avec le vocabulaire et les exigences de la profession, vous avez un point d’avance sur vos concurrents. Sans compter que vous savez précisément où chercher vos clients. Pour connaître les entreprises nouvellement créées, consultez les « annonces légales » que publient les quotidiens régionaux.

PLUS VOS COMPETENCES SERONT IMPORTANTES :

* Maitrise d’une ou plusieurs langues étrangères (anglais, allemand, espagnol) voire d’une langue plus rare comme arabe, russe, japonais, chinois, suédois, yougoslave ect…

* Connaître les spécificités d’un secteur d’activité (industrie pharmaceutique, BTP ect…)

* Etre capable de rechercher des informations dans une banque de données (droit ou fiscalité par exemple)

Source: Livre « Des métiers pour travailler à domicile de Laurence Binet »

Externalisation : avenir des TPE/PME ? 17 février, 2009

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , 1 commentaire

Les dirigeants de TPE/PME ont la maîtrise technique de leur métier, des idées pour pérenniser, des projets de développement. Pourtant, leur succès passe souvent par des compétences dont l’entreprise ne dispose pas.

Identifier les besoins, trouver les compétences

- Entreprise artisanale cherche à communiquer professionnellement avec ses clients et prospects,

- TPE sous-traitant industriel veut structurer durablement sa documentation technique sans alourdir ses charges,

- PME doit recentrer sa force commerciale en allégeant les tâches marketing, reporting et communication interne, sans embauche immédiate ni investissement…

Qu’ils relèvent des fonctions communication, marketing, secrétariat, assistance commerciale, gestion de projet ou développement international, toute petite entreprise est ponctuellement confrontée à un surcroît de travail ou à l’impossibilité de confier des travaux supplémentaires à son personnel, indisponible ou non qualifié. Les conséquences : une extension infinie des domaines d’intervention du dirigeant, l’abandon d’un projet ou la remise en cause d’une stratégie.

Les industriels le savent bien : Si la sous-traitance est depuis longtemps intégrée aux stratégies et process de fabrication et maintenance, l’externalisation – axée « prestation » – n’est pas encore entrée dans les mœurs françaises.

Pourquoi, quels avantages ?

Lire la suite

lire la suite…

La révolution du statut d’auto-entrepreneur 23 janvier, 2009

Posté par Secret'lyne dans : Comment créer votre entreprise de télésecrétariat ? , ajouter un commentaire

Créateurs et créatrices d’entreprises : bientôt finie la galère, voici la révolution du statut d’auto-entrepreneur !

Créer son entreprise en France reste complexe sur le plan administratif et il n’existe pas – comme c’est le cas dans d’autres pays anglo-saxons par exemple – de statut simple, qui soit en cohérence avec les créateurs et créatrices qui désirent se lancer en solo et qui ne souhaitent pas créer en société. Dans les autres pays, notamment aux USA, le statut d’auto-entrepreneur » (ceux que les Anglo-saxons appellent les « self-employment »), représente 76% des entreprises créées, alors qu’en France, être entrepreneur de soi n’est pas encore très valorisé et ne concerne qu’un quart des créations d’entreprises. Et c’est décidément une situation paradoxale car l’on vient de battre un record de création d’entreprise avec 321.478 nouvelles entreprises créées en 2007 ! Jean-Claude Volot, président de l’APCE, explique ce chiffre par le fait que « les Français cherchent avant tout à créer leur propre emploi » dans une période où le marché du travail est plutôt morose et les statistiques de l’Insee vont dans ce sens puisque 87 % des nouvelles entreprises se créent sans salarié, c’est-à-dire qu’elles ne créent qu’un seul emploi, celui du créateur.

De plus, certains créateurs vivent des situations encore plus complexes lorsqu’ils ont une poly activité : salarié et non-salarié… pourtant l’entrepreneuriat peut aussi se vivre de façon non linéaire, c’est-à-dire soit alternativement, soit exclusivement, ou bien cumulativement dans une vie professionnelle avec un autre statut.

Lire la suite

Interview : La fondatrice d’Assistéa fait le point avec nous sur le télésecrétariat 31 octobre, 2008

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , ajouter un commentaire

Geneviève Basso est la fondatrice d’Assistéa France, le premier réseau de franchise en secrétariat indépendant qui publie la version 2008 de son étude de marché nationale sur le secrétariat indépendant.
http://www.teletravailler.com/telesecretariat-le-point-sur-ce-nouveau-metier-200806271125.html

Une proposition de loi veut inciter les entreprises à recourir au télétravail par l’octroi d’avantages sociaux et fiscaux

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , ajouter un commentaire

Voici un article très intéressant : encore un avantage non négligeable de faire appel à une télésecrétaire.

http://www.net-iris.fr/veille-juridique/actualite/20821/une-proposition-de-loi-veut-inciter-les-entreprises-a-recourir-au-teletravail-par-octroi-avantages-sociaux-et-fiscaux.php

S’adapter aux évolutions du marché du travail 1 octobre, 2008

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , 1 commentaire

Les études le prouvent : le marché de l’externalisation progresse à vitesse grand V. Plus aucune voix ne s’élève pour prédire des jours sombres aux entreprises qui confient leurs fonctions informatiques, RH ou administratives à des prestataires extérieurs. Bien au contraire, le recours à l’outsourcing figure désormais au premier rang des « bonnes pratiques » auxquelles doivent se plier les décideurs, afin de réduire leurs coûts et d’améliorer leur productivité. Face à cette situation, quelle attitude doivent adopter les cadres des secteurs d’activité concernés ? Doivent-ils envisager de s’installer comme consultants pour donner un coup d’accélérateur à leur carrière ?

Externalisation : l’heure de la maturité

Plus de 98 % des entreprises déléguant la gestion de certaines de leurs fonctions se déclarent satisfaites ou très satisfaites de l’opération. Ce chiffre, issu du Baromètre Outsourcing 2005 de Ernst & Young, montre que l’externalisation possède aujourd’hui un vrai capital confiance chez les entrepreneurs français : loin d’être une solution parmi d’autres, l’outsourcing promet d’être LE mode de gestion des ressources humaines en vogue pour les années à venir. Cette montée en puissance est d’autant plus remarquable que la bataille n’était pas gagnée d’avance : il y a encore quelques années, la seule idée d’externaliser des fonctions aussi stratégiques que l’informatique ou les finances faisait frémir les décideurs les plus audacieux, tétanisés à l’idée de perdre le contrôle de leur entreprise et/ou d’affronter des conflits sociaux interminables. Comment la situation s’est-elle renversée ? Selon le baromètre Ernst & Young, c’est tout simplement l’importance des résultats obtenus qui a permis de convaincre les décideurs de revoir leur position. Les gains en terme de coûts, de flexibilité et de performance ont été tels, chez les entreprises pionnières, que l’externalisation a bénéficié d’un effet «boule de neige». Ainsi, depuis quelques années, le nombre de fonctions outsourcées par entreprise n’a cessé d’augmenter, passant de 4 en 2003 à plus de 6 en 2005. Au cours des prochains mois, la tendance devrait d’ailleurs se confirmer, et toucher plus particulièrement les secteurs suivants : l’informatique (citée par 50% des décideurs externalisant déjà une ou plusieurs de leurs fonctions), l’administration et les finances (48%), les services généraux (40%) et la production (30%).

A savoir : quels avantages une entreprise retire-t-elle d’une externalisation ?

Source : Cadremploi.fr

Historique du télétravail 28 septembre, 2008

Posté par Secret'lyne dans : Télétravail , ajouter un commentaire
1950 Apparition du concept aux États-Unis, dans les travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique. Il y mentionne le cas d’un architecte vivant en Europe qui supervise la construction d’un immeuble aux U.S.A. sans avoir à se déplacer, grâce à des moyens de transmission de données.
1962 Premières expériences connues de télétravail en Angleterre où certaines firmes internationales ont commencé à délocaliser à domicile le travail de leurs programmeurs.
1969 Création de l’ancêtre d’Internet : le réseau ARPANET.                                                                                                                                              
1970 AT & T prévoit qu’en 1990 la plupart des Américains travailleront à domicile.                                                                                                              
1972 Alvin TOFFER, dans Le choc du futur, annonce une migration possible du bureau vers le domicile.                                                                                  
1973 - Naissance du terme « telecommuting » par Jack Nilles, consultant dans le domaine du télétravail à l’Université de Caroline du Sud (U.S.A.). En anglais britannique : « telework ».- Premier choc pétrolier mondial et premières applications concrètes de télétravail : la crise pousse les entreprises à résoudre les problèmes de perte d’énergie et à s’orienter vers des solutions leur permettant d’accroître leur productivité et la flexibilité de leurs salariés.
1981 - Apparition du premier micro-ordinateur personnel (de 11 Kg) conçu par Steve Wozniak et Steve Jobs, fondateurs de Apple Computer.
- Août : 213 ordinateurs sont connectées sur Internet.                                                                                                                                                 
1983 Internet devient accessible au grand public (379 millions en mai 2001 dans le monde contre 25 millions d’usagers dans 80 pays en 1990 ).                          
1992 Projet pilote de télétravail dans la fonction publique fédérale au Canada.                                                                                                                   
1997 Naissance de la Charte européenne du travail à distance                                                                                                                                        
2002 En Europe :
- 9 millions de télétravailleurs.
- Juillet : Signature d’un accord-cadre sur le télétravail par les partenaires européens                                                                                                  

Le réseau 17 septembre, 2008

Posté par Secret'lyne dans : Comment créer votre entreprise de télésecrétariat ? , ajouter un commentaire

Le réseau personnel et professionnel sont très important pour se constituer une clientèle et une bonne réputation mais cela ne se fait pas n’importe comment : 

Avant de demander, savoir ce que l’on attend

Avant toute démarche de construction de réseau, il est essentiel de se poser la question : ‘qu’est-ce que je recherche ?’. « Il faut s’interroger sur qui on est, ce que l’on apporte de spécifique sur le marché professionnel et ce que l’on vise », énumère Hervé Bommelaer, consultant chez BPI et auteur de Booster sa carrière grâce au réseau. « Par exemple, il est bon de se demander quel est son objectif principal : monter dans la hiérarchie, développer une expertise, s’expatrier, équilibrer sa vie personnelle et sa vie professionnelle ? » Bref, reprendre en main une carrière bien souvent plus subie que véritablement choisie. « Le réseautage est bien plus facile si l’on sait ce que l’on veut demander », assure le spécialiste.

 

Dresser une liste exhaustive

Ensuite, il faut se mettre devant une page blanche et faire la liste des personnes susceptibles de constituer le futur réseau. « Mieux vaut s’y reprendre à plusieurs fois pour qu’elle soit la plus complète possible », conseille Hervé Bommelaer. Ces personnes sont à chercher du côté de la vie scolaire et étudiante, en s’appuyant si nécessaire sur les annuaires des anciens, du côté des partenaires professionnels actuels et antérieurs, qu’ils soient collègues, supérieurs hiérarchiques mais aussi fournisseurs, clients et bien sûr concurrents. « Il ne faut pas oublier les connaissances que l’on a par sa vie associative ou sportive. Leur demander ce qu’ils font dans la vie est une curiosité de bon aloi, note le consultant. Enfin, il ne faut pas négliger des personnes comme son avocat, son médecin, son dentiste. Mieux vaut aller au-delà de ce pour quoi on les consulte et donner des éléments sur le professionnel que l’on est aussi. » Cette liste s’étoffera ensuite des divers contacts récupérés via les membres de votre réseau de départ.

 

Faire le tri

En revanche, les personnes très proches, comme les amis que l’on voit souvent ou la famille, ne doivent pas occuper la place principale dans votre réseau. « Les liens forts se révèlent souvent peu efficaces en matière de réseautage. Ils n’aident pas beaucoup à avancer à la différence des liens faibles. » Ces liens forts ont des difficultés à mélanger les genres, entre le personnel, voire l’intime, et le professionnel. Sans compter que beaucoup perçoivent ces démarches comme du piston.

Parmi la liste de 300 personnes qui a noirci votre feuille blanche, il s’agit ensuite de faire un tri. C’est là que l’introspection qui a servi de préliminaire à la démarche de réseautage sera utile. En fonction de ses objectifs, on sélectionnera un petit groupe de 15 à 30 personnes que l’on s’efforcera de rencontrer.

Source : JDNmanagement

12345...13

Un meublé Alsacien |
lemat |
leiat |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | aussois2008
| Ma Petite Tambouille
| Eco Nature